Ryuutama

Posté le 09.01.2014

Ryuutama est un jeu de rôles japonais, produit en français par une nouvelle maison d'édition appelée Lapin Marteau et portée par Jérôme "Brand" Larré. Le projet a été financé par crowdfunding sur la plateforme Ulule, avec un beau succès, puisqu'il a réuni 701% des fonds espérés.

Si Ryuutama est d'origine japonaise, il propose par contre un univers médiéval-fantastique d'inspiration occidentale, l'auteur partant du principe que cela donne les meilleures chances de partir sur des bases communes pour un jeu de rôles qui s'adresse en premier lieu à des débutants.

Dans Ryuutama, les personnages sont des jeunes gens qui ressentent soudain l'appel du voyage. Ils quittent alors leur village natal et s'en vont de par le monde pour une durée plus ou moins longue. Certains voyageurs vont vivre des aventures hors du commun, qui vont alimenter les dragon des saisons qui ont créé le monde. Une entité fait l'intermédiaire entre les dragon et les voyageurs, afin de s'assurer que les histoires sont de qualité: l'homme-dragon, avatar du meneur de jeu dans le monde, un genre de deus in machina.

Le jeu offre sept classes de personnage pas tout à fait banales: fermier, chasseur, artisan, marchand, guérisseur, ménestrel et noble, chacune ayant ses aptitudes et avantages particuliers. J'aime ce choix qui reflète que c'est tout un chacun qui part à l'aventure, et pas seulement les héros. Le personnage est ensuite défini par son type, à savoir "attaque" (meilleur au combat), "technique" (meilleur en concentration) ou "magicien" (tout est dans le nom).

Les caractéristiques (appelées ici "attributs") sont au nombre de 4: agilité, vigueur, intelligence et esprit. Ces attributs peuvent valoir 4, 6 ou 8 à la création, et monter à 10 ou 12 avec l'expérience. Ces chiffres correspondent directement à des dés (nombre de faces). Lors d'un test, on lance les dés correspondant aux attributs impliqués (généralement deux, parfois les deux mêmes). La somme des deux dés doit atteindre un certain seuil de difficulté. C'est très simple à comprendre. Les règles donnent des exemples de tests courants.

Les règles de Ryuutama sont, dans l'ensemble, simples et légères. Sans surprise, c'est le voyage qui est le plus détaillé. Chaque jour que les personnages passent en chemin, ils doivent faire un test de condition (pour savoir s'ils sont plus ou moins en forme), un test de déplacement (à quel vitesse progressent-ils), un test d'orientation (sont-ils perdus ou pas) et un test de campement (sont-ils bien installés et passent-ils une bonne nuit). Les règles encouragent à gérer strictement les vivres et la boisson. Le voyage est vraiment au coeur de Ryuutama.

L'autre coeur de Ryuutama sont les dragons (d'ailleurs, tout est dans le titre: "ryū", dragon, et "tama(go)", oeuf), déjà mentionnés ci-dessus. Lors de la constitution d'un groupe de jeu, le meneur de jeu va choisir quel dragon il représente. Ceci va influencer le type d'histoire. Le dragon vert favorise le voyage et l'aventure, le dragon bleu recherche les histoires d'amour et d'amitié, le dragon rouge se délecte des récits de combat, quant au dragon noir il n'aime rien tant que les histoires de complot et de trahison. Ainsi, le choix du dragon oriente directement les scénarios. Ce d'autant plus que l'homme-dragon (l'incarnation du meneur de jeu, donc, pour ceux qui ne suivent pas) va disposer de pouvoirs allant dans le sens des préférences de son dragon.

Cet aspect me plaît particulièrement. Pour moi qui ne suis pas très bon dans la confrontation (voir mes ruminations sur Apocalypse World), j'apprécie un jeu qui reconnaît la diversité des histoires que l'on peut raconter et qui met en place des outils pour conforter le meneur de jeu dans ses choix. Je dirais même plus, j'affectionne particulièrement les scénarios de voyage, et j'ai l'impression d'avoir enfin trouvé un jeu qui reconnaît mes préférences.

Comme je l'ai déjà mentionné, Ryuutama se veut très orienté vers les débutants, mais pas que joueurs. Il ambitionne également d'aider à franchir le pas et devenir meneur de jeu, en offrant une structure très claire pour les scénarios via plusieurs fiches. J'ai trouvé cela très malin, même si ça me paraît un peu trop contraignant pour un meneur aguerri. De toute façon, rien n'empêche d'ignorer cette manière de faire.

Dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé Ryuutama à la lecture. La manière dont les dragons sont présents m'a forcément rappelé Rêve de Dragon, qui est sans doute le jeu de rôle auquel j'ai le plus joué. Le côté nature et animaux, même s'il n'y a pas de symbiose, m'a aussi fait penser à Animonde, un autre de mes favoris. Voilà qui m'a mis dans de bonnes dispositions. J'ai trouvé les règles compactes et très claires. D'ailleurs, les règles proprement dites ne s'étalent sur pas plus d'une centaine de pages aérées. Quitte à donner le sentiment de manquer parfois d'assez d'information sur des sujets plus inhabituels, notamment comment mettre en scène son homme-dragon pour le meneur de jeu.

Le seul point faible, à mon goût, est le bestiaire, dont je regrette qu'il soit très classique (franchement, un cube gélatineux!), à part l'ovni des gobelins-chats. Rien de très grave, surtout que j'ai de quoi puiser dans ma longue pratique du jeu de rôle. Certains concepts sont aussi un peu déroutants, notamment celui de l'homme-dragon, mais je pense que l'on s'y habitue vite.

Reste la question subsidiaire: qu'ai-je fait de tout ça? Je vous le raconterai dans une prochaine chronique.